Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Fleur des Ondes
  • Le blog de Fleur des Ondes
  • : Présentation du vieux gréement Fleur des ondes. Découvrez l'histoire de ce bateau, l'évolution de ce langoustier...
  • Contact

Recherche

/ / /

         Je m’appelle « Fleur des Ondes ».  

 

J’ai été construit au chantier Rolland, à Primel, au Diben plus précisément, dans le finistère Nord, pour le compte d’un patron pêcheur de Moguériec, Jean ABJEAN. Ses deux fils, Jean et Guy, feront partie de l’équipage.

 

Ma construction a débuté en 1953 pour se terminer en 1956.011 11A l’époque, j’étais le premier plus gros bateau contruit par ce chantier.  J’ai été baptisé en mars 1956 par l’abbé Lalouette, la cérémonie fut commentée par l’abbé Le Hir.

014 14Dans l’assistance, mon parrain, Mr Albert DANIELOU, maître timonier et ma marraine, Madame AZOU.

Pour ce jour, j’étais vêtu de blanc, ma coque n’ayant pas pu être peinte, faute de temps… Ma coque prendra la couleur verte, couleur de la famille ABJEAN.

     009 9

J’ai vu le jour à une période où l’on abandonnait progressivement la propulsion à voile pour donner priorité à la mécanique. Je suis donc un dernier témoin, encore en navigation, d’une période de transition.

 

Ma fierté, c’est d’avoir été construit entièrement en chêne, selon les meilleures traditions. Le « savoir-faire » extraordinaire des charpentiers de marine de l’époque a permis de réaliser une coque d’une grande robustesse. Nous avons essuyé quelques bons coups de vent et la construction de ma coque s’est montré irréprochable.

 

Mon mât vient d’un trois-mâts, nous avons dû le raboter à la main pour lui donner un diamètre proportionnel à mes mensurations. Ma « garde-robe » comportent 7 voiles : la grand-voile, le flèche, l’artimon, le génois, le foc, la trinquette et la voile d’étai pour la parade. Ma grand voile aurique sur un mât assez court mais sur une bôme de plus de 7 mètres développe 60 m2 ; mon artimon, aurique également, situé à l’arrière de la timonerie déploie 35 m2 et me permet de rentrer dans la famille des « dundee ». Avec ma petite trinquette à l’avant, cette surface de voilure est suffisante pour pêcher et faire route dans les allures portantes. Au près, ces voiles me permettent de bien me caler en navigant au moteur et en m’empêchant de rouler, pour le confort de mon équipage.

    007 7 

Ma vocation première fut la pêche à la langouste en Manche et Mer du Nord. Mon équipage, constitué de 6 à 7 pêcheurs, partait pour des campagnes qui duraient le temps de remplir mon vivier, pouvant contenir jusqu’à 9 tonnes de langoustes. C’était une époque formidable, nous ramenions langoustes et homards et rejetions à la mer les tourteaux…

  

En 1970, mon patron Jean ABJEAN prend sa retraite et achète pour son fils Jean la « Fleur de France » et le « Caprice des Ondes » pour son fils Guy. Je change alors de main, au profit d’un patron pêcheur de Loguivy de la mer, Michel BOCHER. C’est à cette époque que je m’installe à Paimpol et que je continue mon travail en compagnie d’autres langoustiers comme la « Glaneuse » ou la « Petite Laurence ». Michel BOCHER, maintenant propriétaire du « Gimako » aime me rendre visite et se souvenir, avec nostalgie, de nos campagnes où il arrivait parfois à remplir mes cales en seulement 2 jours de pêche…

 

L’évolution des techniques, les contraintes des règlements, les permis de mise en exploitation, les objectifs de productivité finirent par avoir raison de ma carrière fin des années 80.

Fleur web 32

Photo A.MEYRE avant sa rénovation effectuée en 2011.

Partager cette page

Repost 0
Published by